Crise Gastronomique Mondiale – Partie 1

Le Mexique est connu et reconnu mondialement pour sa gastronomie. Les étudiants sont eux connus pour leur alimentation, quel que soit leur pays d’origine. C’est pour ça que j’ai décidé aujourd’hui de vous offrir un double aperçu, au coeur de la crise gastronomique qu’est la vie d’un étudiant, mais aussi au coeur de l’alimentation d’un jeune mexicain.

Première étape de l’immersion gustative : la gastronomie mexicaine.

La gastronomie mexicaine

Que dire sur l’alimentation des mexicains? Ce n’est pas si gras que ce qu’on peut penser de l’autre côté de l’Atlantique, même si ça ferait pâlir encore plus une top-model, si cela est toutefois possible. On y retrouve de la variété, tout en ayant toujours l’impression de manger plus ou moins la même chose. Paradoxe made in Mexico. La base est souvent la tortilla, et les ingrédients changent rarement. Le grand classique, c’est “… et à la fin vous rajoutez du piment, du sel et du citron”. Fonctionne pour 83% des plats mexicains.

Allez, je vous offre une plongée au coeur de la bouffe mexicaine. Pensez à garder une place pour le dessert.

La guacamaya

C’est la spécialité de la ville de León, mais aussi un très beau symbole de la nourriture mexicaine, parfait pour entrer en matière. La guacamaya est une torta (sorte de sandwich) contenant du chicharrón duro (peau de porc frite), accompagné de sauce très pimentée (“…et à la fin, vous rajoutez du citron dessus.”).

Sa petite particularité : piquant mais sans plus lorsque tu la manges, elle transforme ta bouche en petit Vésuve (ndlr: hahaha, on dirait un enfant bègue qui dit “Petit Jésus”) quelques minutes après l’avoir mangé.

Appréciation du jury : c’est bon.

.

Le pozole

Mangé dans des conditions extrêmes sur cette photo, le pozole est une soupe. Eh oui, j’ai mangé de la soupe. J’ai honte. Ça ressemble plus ou moins à du bouillon avec des bouts de poulet (ou de porc) des gros grains de maïs bizarres et quelques bouts de légumes que je ne saurais vous citer, mes connaissances étant réduites à ce sujet.

Appréciation du jury : pas mal, pour une soupe.

.

Une boisson chelou

Même si son nom m’a échappé, je n’ai pas oublié cette boisson super chelou. Il s’agit de liqueur de café, mélangée avec du lait (si je ne me trompe pas), le tout bien glacé.

C’est tout simple, quand tu le bois, tu as l’impression d’ingérer du tiramisu liquide alcoolisé. Pas forcément très agréable, mais pas dégueu non plus.

Appréciation du jury : Mouais.

.

Le chile relleno

Jusqu’à maintenant, c’est ce que Maëlle a préféré. Un piment, fourré au fromage, et frit. Je ne saurais pas vraiment quoi vous dire de plus, je pense que la photo parle d’elle-même.

A noter tout de même que même non-frit, c’est très bon, et en plus très facile à préparer.

Le chile relleno se mange aussi dans des quesadillas, même si c’est meilleur tout seul.

Appréciation du jury : Miam.

.

Les tacos

Le plat mexicain le plus connu en France. Attention toutefois,  il y a une grande différence entre les tacos d’ici et ceux que tu peux trouver dans n’importe quel kébab français. Ici, les tacos sont tout petits, s’achètent en général par cinq, et sont constitués de viande à laquelle on rajoute des oignons, du persil… du piment, du sel et du citron.

Appréciation du jury : Gros Miam.

.

Le tamale

A priori, ce serait un mélange de farine et d’une viande quelconque ou de fruits pour la version sucrée. Le tout est enveloppé dans une feuille d’épi de maïs.

Appréciation du jury : vraiment blédard, mais vraiment bon.

J’aurais pu aussi vous parler des traditionnelles tortas et quesadillas qu’on trouve à tous les coins de rue, et j’oublie également les enchiladas qui plaisent tant aux mexicains qu’aux étrangers, mais j’aurais besoin de plusieurs années pour faire le tour des plats traditionnels… J’en resterais donc là, pour le moment, comme dirait l’autre con avec une voix grave.

Rendez-vous très bientôt pour la deuxième partie.

Quentin

4 Responses to “Crise Gastronomique Mondiale – Partie 1”

  1. Gil dit:

    jajajaj
    je suis totalement d’accord.
    C’est un peu toujours la même chose mais oh malheur ne jamais le leur dire ou ça va ***.
    Ce qui change c’est la sauce… et encore… c’est plutôt le type de chile qu’ils mettent.
    La première fois que j’ai mangé du posolé, il faisait nuit et je croyais que le mais supra-hydraté (parce que ça fait deux jours qu’il baigne dans l’eau) était de la cervelle.
    Le molé aussi! Verde, Rojo, franchement je vois pas trop la différence. Et pourtant j’ai assisté à des débats houleux entre fans du verde ou du rojo.
    Moi j’aime bien les papas made in mexico, les gringas etc..
    Aujourd’hui c’est jeudi les amis, c’est jour du posolé!!!

  2. Siebmanb dit:

    Tu seras en mesure de nous en faire à la maison ?

  3. Fany dit:

    pour la boisson chelou ça s’appelle la “cebada”, c’est préparé à base d’orge … C’est vrai qu’on est pas habitué au goût mais c’est sympa et ça rappelle le café, effectivement…!!!
    et puis le tamal (les tamales au pluriel) c’est à base de farine de maïs (de quoi d’autre dans ce pays!!!). Super miam, complètement d’accord…. Et puis à Noël on est en plein dans l’époque!!
    J’attends la suite ;)

Commenter