L’heure du bilan : le nationalisme mexicain

S’il y a bien un truc que je changerais volontiers si j’en avais les moyens, c’est bien le nationalisme mexicain. Je n’ai jamais croisé de peuple plus fier que le peuple mexicain. Pour eux, tout ce qui est mexicain est meilleur qu’ailleurs. Le problème, c’est qu’ils ne connaissent aucun autre pays. Cher ami français, un petit conseil : ne t’aventures surtout pas à dire à un Mexicain que leur bouffe n’est pas si bonne que ça. Sacrilège. Dans ce cas trois options s’offrent à toi :

1. Il s’énerve et commence à te répéter avec amour tous les plats mexicains qui sont à priori super bons. Remarque, pas besoin de les énerver, en général les gens que l’on ne connaît pas et qui nous parlent pour la première fois passent leur temps à nous dire “Et t’as mangé ça ? Et t’as mangé ci ?”. Et franchement, c’est très chiant. C’est aussi super chiant de voir la lueur de fierté dans leur yeux quand tu leur dis que oui, tu as adoré. Comme si ce plat, c’était leur idée.

2. Il se met à pleurer.

3. Il te tue.

Bon, les deux dernières options sont assez rares. Comme vous pouvez le constater, je n’ai jamais vécu la troisième option. Mais à votre avis, pourquoi y-a-t’il tant de séquestrations d’étrangers au Mexique ? La nourriture. Remarquez, c’est pareil avec la musique. Et là, c’est plus difficile à négocier. Parce que la nourriture en général c’est juste un bonheur. La nourriture mexicaine est probablement la meilleure du monde, je ne remets pas ça en doute. C’est juste ce sentiment de fierté qui n’a rien à faire là qui me dérange. Mais la musique. Bordel. Comment peuvent-ils être fiers d’être le pays de la banda ? Un exemple pour ceux qui ont oublié.

Un jour, j’ai fait l’erreur de dire que je n’aimais pas la banda. Je crois même que je lui ai dit qu’il m’était difficile rester dans une pièce où de la banda était jouée. J’ai touché ce pauvre homme en plein coeur, en plein dans ses convictions les plus profondes. Il m’a répondu cette phrase d’une grande connerie, mais qui m’a marqué : “Si tu insultes la banda, tu insultes le Mexique. Et donc tu m’insultes moi.”

Je viens de relire cette phrase et je me dis que finalement, il n’y a rien à ajouter. Les Mexicains sont probablement les gens les plus gentils que j’ai rencontré, mais ce problème de nationalisme est grave. Un bon psy digne de Karine Granval vous dirait sûrement que c’est directement lié à ce complexe d’infériorité entretenu avec les Etats-Unis qu’ils combattent par une surexposition des valeurs de leur pays. Pour moi c’est juste de la connerie.

Quentin

2 Responses to “L’heure du bilan : le nationalisme mexicain”

  1. Mami CL dit:

    C’est clair et sans appel…dis donc!!!!
    on ne peut résumer davantage!!!

  2. fany dit:

    Ouaip. Viva México cabrones. ça résume bien ;)

Commenter