Université laïque, le retour.

Comme je vous l’ai dit il y a quelques semaines, à l’Université de León, les crucifix accrochés un peu partout contrastent légèrement avec la fierté des mexicains quand ils annoncent que leur université est laïque. Hier ils ont fait un peu plus fort.

Je ne sais pas si je l’ai rêvé, mais dans ma tête revient une expression française : “la culpabilité se lisait sur son front”. Un peu comme dans les pubs La Poste. Elle existe cette expression ? Bref, j’y ai repensé hier, puisque leur religion se lisait sur leur front. Au sens propre.

Hier, mercredi 22 janvier, était ce qu’ils appellent ici le Mercredi de Ceniza. Il a lieu 40 jours avant la crucifixion de ce sacré Jésus, et marque si je ne m’abuse, le début du Carême. Si ce n’est pas le cas, merci de m’insulter copieusement dans la rubrique commentaires un peu plus bas. Athée jusqu’à la moelle, je ne suis pas vraiment un spécialiste de la Bible. Ce que les chauffeurs de taxi mexicains ont d’ailleurs beaucoup de mal à comprendre.

Revenons-en à nos moutons. Les mexicains ont donc porté leur religion sur leur front. Au sens propre. Apparemment, selon la tradition, les “vrais” catholiques se doivent de dessiner une croix noire sur le front. C’est ici qu’intervient la laïcité dans notre cher établissement universitaire : des étudiants, des femmes de ménages, des surveillants, et même des profs ont passé la journée à se trimballer dans la fac avec leur croix sur le front. Si l’on était en France, je pense que la proposition arracherait un petit éclat de rire à notre grand (trop facile) Président avant un refus incontournable (comme sa petite taille). Et encore, on parle bien des catholiques.

Quentin

3 Responses to “Université laïque, le retour.”

  1. El Padre de la ... finalement j'me d'mande dit:

    Toujours aussi bien vu ! bien pensu et bien écrut !

  2. Mami CL dit:

    Pourquoi ces marques ostentatoires?
    Je ne comprends pas le but!

  3. Siebmanb dit:

    Mais que fait Guéant ???

Commenter