Burbano, sacré numéro !

Quand on va au stade voir un match de León, bien qu’on soit supporter, on s’attend à voir un match de deuxième division mexicaine. Avec tout ce que ça implique. Contrôles ratés, transversales directement en touche, tacles grossiers… Pour mes deux premières visites au Camp Nou (oui oui, comme le stade du Barça), je n’avais pas été déçu, même si certains faits de jeu avaient permis de rembourser le billet à eux tout seuls : le nul arraché à la dernière minute contre l’ennemi juré et la chilena de Sebastian Maz.

Seulement voilà, la phase aller est terminée, le mercato est passé par là. Et León a eu la bonne idée d’acheter deux colombiens, qui changent toute la donne.

Le premier, Eisner Loboa nous a fait admirer sa pointe de vitesse dès les premières minutes. Sur un ballon en profondeur, il dépose son défenseur, dribble le gardien et marque. Apparemment, il allait aussi trop vite pour l’arbitre assistant, qui a préféré lever son drapeau face au nuage de fumée laissé dans son sillage. Hors-jeu. Juste ce qu’il fallait pour l’énerver. Quelques minutes plus tard, il décoche une lourde frappe des 20 mètres et ouvre le score !

Cependant, comme dit un proverbe qui n’existe absolument pas : “Un colombien c’est bien, mais deux c’est mieux !”. Et si Loboa a illuminé la première mi-temps, le vrai homme du match reste pour moi son compatriote Darío Burbano. Avant-même le coup d’envoi, il avait éveillé mon intérêt, puisque cet ailier porte le numéro… 1.

Après une première mi-temps un peu timide au cours de laquelle León avait déjà fait le plus dur en menant par deux buts, Burbano est sorti de sa boîte et a enchaîné les débordements, les retours, les dribbles…. Avec au passage quelques gestes de grande classe comme un grand pont “à la Bergkamp” dans le rond central qui a laissé son adversaire perdu complètement. Celui-ci aurait d’ailleurs depuis présenter sa démission et penserait sérieusement à une reconversion en tant que boulanger.

Le fameux grand pont “à la Bergkamp”, l’un des plus beaux buts de l’histoire.

Si la vidéo ne fonctionne pas, cliquez ici.

Au final, Burbano n’a pas été décisif puisqu’il n’est pas concerné sur l’action (superbe) du troisième et dernier but des Esmeraldas. Mais à lui seul, il m’a donné envie de retourner au Camp Nou le plus vite possible. Lui et son pote Loboa. Surtout que León caracole aujourd’hui en tête.

Allez, pour le plaisir, voici un petit résumé du match avec un hors-jeu plus que limite, l’ouverture du score magnifique de Loboa, un deuxième but représentatif de la deuxième division mexicaine, et une belle action collective pour clôturer le spectacle.

León 3-0 Pumas Morelos

Si la vidéo ne fonctionne pas, cliquez ici.

Quentin

Commenter