Université française vs. Université mexicaine – Round 9

Le système des absences

C’est l’un des facteurs les plus différents entre les deux systèmes. Il y a un gouffre entre notre université ici et notre IUT français. Commençons par la France. A l’IUT, le système est simple : sur un semestre de 6 mois, la tolérance est de deux absences injustifiées. A la troisième, c’est une annulation de ta meilleure matière avec un ticket direct pour les rattrapages. Cependant, dans sa grande bonté, l’IUT s’engage à “comprendre” et faire une croix sur certaines absences : les “justifiées” par un certificat médical ou un certificat de décès. C’est bien connu, si tu te réveilles avec une migraine, tu vas immédiatement chez le médecin. Quel imbécile attendrait le soir-même en prenant quelques aspirines pour attendre que ça passe? Résultat : un système relativement nul (j’ai cherché un autre adjectif, mais quand on a trouvé le qualificatif parfait, pourquoi s’en priver?) qui laisse un boulevard aux mythomanes et à leurs bonnes vieilles règles douloureuses. “Quel macho! Tu es un homme, tu sais pas ce que c’est d’avoir ses règles tous les…” – “Ta gueule. Où j’en étais?”

Voilà pour le système français. Le système mexicain est un vrai bonheur pour les étudiants, même si ma position manque d’objectivité pour affirmer qu’il est meilleur que l’iutien.

Premièrement, l’année est découpée en “quatrimestres”, c’est-à-dire trois périodes de 15 semaines par année universitaire. Et pour chaque période de 15 semaine, tu as droit à l’équivalent de trois semaines d’absences par matière. Petit exemple: si tu reçois un cours de publicité 4 heures par semaine, tu as droit de rater 12 heures de cours sur le “quadrimestre”. Au Mexique, pas de notion de “justification des absences”. Chaque étudiant doit gérer ses absences en gardant quelques “crédits” pour une maladie soudaine ou un empêchement de dernière minute. Ce système nous permet donc de rater des cours pour se consacrer à des projets importants (exemple: il y a deux semaines, nous sommes partis le jeudi soir tourner le clip vidéo, ce qui m’a fait rater deux heures) ou pour… se reposer. Bah oui.

Finalement, c’est un peu comme la gestion de ses congés payés. Ils sont forts ces mexicains. ils nous préparent déjà à tous les aspects de la vie active, mine de rien.

Quentin

One Response to “Université française vs. Université mexicaine – Round 9”

  1. Siebmanb dit:

    Et globalement y’a beaucoup d’absences ?

Commenter