0

Brozkinos: critiques à moins de 4 syllabes

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

Dans la vie, il y a trois choses qui m’emmerdent profondément :

  • Les textos de copines se terminant par un point. Tout particulièrement les mondialement connus “Ok.” et “Passe une bonne soirée.”
  • Le bout de crotte qui ne part pas avec la chasse d’eau, et qui t’oblige à attendre que celle-ci se remplisse à nouveau en te fixant, l’air moqueur.
  • Les critiques de cinéma n’utilisant que des mots de plus de quatre syllabes et formant des phrases n’ayant absolument aucun sens, sauf pour les autres critiques ciné, ainsi que le jury du Festival de Cannes.

Heureusement pour moi, mon bro’ Kévin et son frère ont réussi à remédier à l’un de ces problèmes existenciels. Non, ils n’ont pas créé de chasse d’eau super aspirante pour les merdes recalcitrantes (t’as capté la rime sur le caca ou quoi?). Ils ont tout simplement lancé un blog de critiques ciné. Un jeune diplômé d’une école de cinéma prestigieuse et un amoureux de cinéma, il fallait bien que ça arrive un jour. Et le résultat est jouissif.

Contraiement aux Cahiers du Cinéma, les Brozkinos ne catégorisent pas les films “commerciaux” dans la catégorie “films de merde”, et même s’il n’est pas réalisé par un “génialissime réalisateur slovaco-bosniaque de la nouvelle vague”, les critiques peuvent être bonnes, croyez le ou non. Les deux frères nous parlent des réalisateurs, de leurs oeuvres, du parcours des acteurs, replacent les films dans leur contexte… En bref, tout ce qu’il faut pour te donner une envie folle de voir un film, mais aussi te préparer pour le voir dans les meilleures conditions. Et même quand un film se fait légèrement “tailler”, tu as envie de le voir pour te faire ton idée. Du bonheur, gratuit et en ligne, pour les amateurs non-spécialistes de ciné comme moi.

Alors oui bon, après je vous vois venir : “Le mec, c’est son pote, il lui fait sa pub, normal.” Vous n’avez pas tort. Mais on prend réellement du plaisir à lire une critique compréhensible et bien écrite. Et le mieux, ça reste d’aller voir par vous-même, en cliquant ici.

C’est tout nouveau, c’est tout beau. Ça s’appelle Brozkinos.

Et c’est à suivre sur Facebook et Twitter bien sûr. (“Ah, ces jeunes avec leur vie sociale virtuelle… Moi à mon âge si tu aimais bien une fille, tu allais la voir et tu lui achetais une rose, moi j’vous l’dit! C’était le bon temps !”).

Quentin

PS : Ah oui, au fait, ils arrivent même à placer les mots “slips”, “kéké” et “bouse”. Qui fait le malin maintenant?

2

Un petit point sur la Sancho Lista…

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

Depuis le lancement du blog, seuls 8 articles ont été réalisés. Ou du moins, c’est ce que je pensais… En relisant la divine liste, je me suis aperçu que plusieurs articles avaient d’ores et déjà été réalisés. Je pense que certaines choses qui nous paraissaient improbables au moment de partir sont très vite entrés dans notre quotidien et nous paraissent aujourd’hui… normales.

Petit point donc, sur les articles d’ores et déjà réalisés :

Article 28 : Aller voir un blockbuster hollywoodien en espagnol

Pour réaliser cet article, il a fallu plusieurs tentatives. Même si je m’y suis collé très vite en multipliant les sorties au ciné, avec notamment La Planète des Singes et Midnight in Paris de Woody Allen, il s’avère que bien que les mexicains traduisent tous les titres en espagnol, les films sont quand même diffusés en VO sous-titrée. Premières tentatives, premiers échecs donc.

En désespoir de cause, je me suis donc tourné vers la télé. Avec plus de succès. Même si certains films sont ici aussi en VO, donc certains en français (me demandez pas les titres, le ciné français des années 80, c’est pas trop ma spécialité), j’ai pu en trouver quelques uns en espagnol. Le premier a été le très bon Seul au monde avec Tom Hanks. Malheureusement pour moi, c’est pas le film avec le plus de dialogues… Heureusement hier soir, nous sommes tombés sur un autre classique, Hors d’atteinte, avec George Clooney et Jennifer Lopez.

Conclusion : la voix espagnole de Clooney n’est pas top. Par contre, c’est très drôle de voir un gangster noir avec une voix de latino.

Article 35 : s’inscrire dans une salle de sport

Cet article a été réalisé par Maëlle, très tôt dans l’année. En effet, l’Université dispose d’une salle de sport, gratuite pour tout étudiant de l’Universidad de León. Du coup, toutes les semaines, c’est vélo ou zumba pour elle. Moi? Naaan, la muscu’ c’est pas ce qui me fait le plus kiffer au monde. Par contre, je suis décidé à aller y faire un tour un jour. Muni de mon appareil photo. Tout ça pour vous faire partager photos et vidéos de kékés mexicains se regardant dans le miroir pendant qu’ils soulèvent des poids. J’ai hâte.

Article 44 : Discuter avec un pépé ou une mémé mexicaine

Celui-là, on l’a réalisé dès nos premières heures sur le sol mexicain, lors de notre première sortie pour manger. Nous nous sommes retrouvés chez un vendeur de quesadillas qui nous a raconté sa vie et nous a demandé de lui apprendre comment dire “pourboire” et “addition” en français. Ils perdent pas le nord les mexicains, pire que des chinois. (Non, quand même.) Quelques jours plus tard, nous avons croisé ce même homme dans la rue, qui en à peu près 18 secondes de conversation a réussi à nous dire qu’il allait quitter son deuxième travail parce que “à mon âge c’est très dur physiquement d’avoir deux jobs, je ne peux plus”.

Depuis, c’est un peu devenu notre quotidien. Merci qui? Merci Maëlle, qui ne peut s’empêcher de raconter notre vie et les différences France/Mexique à chaque papi qu’on croise. Il y en a même un qui nous a demandé de lui donner un travail. Sure, man.

Article 47 : devenir pote avec un bestoh mexicain

Bestoh n’est pas un terme accessible à tout le monde en France. Si je vous dis que c’est l’équivalent masculin de bestah, vous voyez? Non. Cool. Pour faire court, le bestoh a un style vestimentaire à part, se limitant aux marques Pepe Jeans, Guess, D&G, Temps des Cerises, etc. Le bestoh a souvent un skyblog où il affiche ses origines fièrement, à condition que ce soit le Portugal. Sur la majorité de ses photos Facebook, on le voit lui, seul dans sa salle de bains, souvent torse nu (ou avec un t-shirt ringard), du gel dans les cheveux, les muscles bandés. Pour la version “bestoh beauf’”, on voit ses toilettes derrière lui. Bref, les bestoh sont ce qu’ils sont.

Si l’on se limite au style vestimentaire, nous pouvons dire que nous avons réussi cet article haut-la-main. Sans vouloir faire le bourgeois européen qui dénigre l’Amérique du Sud, la mode mexicaine est la même qu’en France… en 2001.

Après, si l’on se concentre sur les caractéristiques physiques et mentales, incluant en particulier la coupe de cheveux et les photos Facebook, nous pouvons dire que… Nous avons également réussi cet article. Preuve :

Article 48 : Aller dans un ranch

Si l’on s’en tient à l’énoncé pur et simple, j’ai accompli cet article la semaine dernière, en me rendant à une soirée dans une propriété hors de la ville, avec une grande terrasse et un barbecue que les mexicains appellent… ranch. Après, ce n’est pas vraiment l’image que l’on se faisait d’un ranch en partant, plus à la mode texane. J’espère donc pouvoir accomplir ce défi de façon plus “glamour” (si aller dans un ranch peut être considéré comme “glamour”) dans les semaines à venir.

Article 51 : Aller dans une boîte qui passe du reggaeton

Alors qu’en France nous pensons que tous les mexicains écoutent du reggaeton, il s’avère qu’ici ce type de musique est considéré comme très “naco”. Pourtant, et heureusement pour nous et notre chère liste, certains tubes de reggaeton arrivent à percer et s’imposent dans toutes les boîtes de nuit. Done. Petit exemple de grand succès du reggaeton, Don Omar avec la chanson Taboo.

Don Omar – Taboo

Article 52 : Elire les prénoms mexicains les plus ringards

On fera un point définitif sur cette question bien plus tard dans l’année, mais je voulais vous faire part de la difficulté qui nous attend. Il aurait été plus simple d’élire les prénoms qui ne sont pas ringards. Si certains mexicains passent sur ce blog, merci de ne pas me détester. Je m’explique. Il se trouve que si l’on traduit les prénoms “à la mode” au Mexique, en français, on obtient des prénoms dont la date de péremption a expiré depuis 2 générations. Petit florilège des traductions improbables : Rodrigue, Richard, Eugénie, Charles, Jésus (incontournable), Georges, et… Germanique. (?!!)

.

En vous souhaitant une bonne nuit. Ou une bonne journée.

Quentin

2

Pour vous faire une idée de Six Flags…

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables..., Les vidéos

Voici quelques vidéos sympas trouvées sur Internet, de gens assez fous pour monter en voiture caméra à la main dans…

La Medusa


Le Boomerang

Le Superman

Le Batman

Le Kilahuea


0

Sancho Lista, art.8: Prendre une photo avec un obèse mexicain du sexe opposé.

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

Nom: inconnu

Profession: Chauffeur de taxi

Caractéristiques physiques: Aime bien les tacos

Caractéristiques psychologiques: “A mi, me gusta hablar, encontrar nuevas personas en mi taxi, es una riqueza” // Traduction: Sociable, son métier lui permet de découvrir différentes personnes, cela lui apporte une certaine “richesse”.

Signe particulier: Porte des lunettes de l’autre monde.

Commentaire personnel: En oubliant un peu la Sancho lista, en réalité c’est une personne qui m’a beaucoup marqué, il était vraiment trop sympa. Et ça, ça fait plez’!

Je l’adore.

4

Minute vérité

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

Je l’avoue. Si j’ai quitté la France pour aller si loin, il y a bien une raison.

L’envie d’indépendance, de découvrir une culture différente, de rencontrer des personnes exceptionnelles, de parler une langue nouvelle…

Tant de raisons totalement ringardes que j’ai pu donner aux uns et aux autres…

Mais si je suis parti, c’est pour fuir.

Pour fuir quelque chose, quelqu’un qui me hantait depuis quelques mois…

C’est pour cela qu’aujourd’hui à travers cet article, je souhaite m’excuser auprès de ma famille et mes amis pour leur avoir menti depuis quelques mois.

Si je suis parti, c’est pour la fuir, Elle. Elle et son kazoo.

Si la vidéo ne fonctionne pas, cliquez ici.

Quentin

1

Sancho Lista, Art. 32 : Trouver la traduction de “High Five!” en mexicain

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

“Choca lo cinco!”

Pour celui qui est sûrement l’article le plus inutile de notre Sainte Liste, nous avons été un peu déçus. En fait, les mexicains, pour traduire “High Five!”, utilisent… “High Five!”

Mais on a pu obtenir un peu plus de leur part : en effet, ils leur arrivent de dire “Checa lo cinco!”, qui peut se traduire par le très français (et non moins ringard) “Tape-m’en cinq!”

5

Les voyages forment la jeunesse

Ecrit par lossanchos dans Les inclassables...

Salut à tous !

Commençons par le commencement…

Maëlle et moi sommes deux étudiants qui avons récemment obtenu un DUT en communication du côté de l’IUT Lyon 3, et qui avons décidé de poursuivre sur notre lancée avec une année ”complémentaire” à l’étranger… au Mexique.

Du 1er septembre 2011 à la fin du mois de juin 2012, nous voilà donc partis au pays des Aztèques, des moustaches et du piment, où nous poserons nos valises dans la ville de León, pour être tout à fait précis. Objectif officiel: y obtenir un nouveau diplôme et perfectionner notre espagnol, of course.

A travers ce blog, nous voulons donc permettre à nos familles et amis de nous suivre tout au long de notre séjour, mais aussi faire découvrir à tout le monde un pays que l’on connaît finalement assez peu, une fois passés les traditionnels clichés de criminalité et de grands chapeaux ronds.

Régulièrement, vous retrouverez donc ici-même, en exclusivité intergalactique, des photos, vidéos et articles où nous vous conterons notre vie sud-américaine absolument trépidante. Vous pouvez aussi nous suivre sur Youtube en vous abonnant à notre super-méga chaîne SomosLosSanchos. Vous pouvez même me « follower » sur Twitter, en cliquant sur le petit oiseau sur la droite de votre écran.

Ah oui au fait. Sur place, nous avons une mission à remplir : la Sancho Lista.

Sur ce, je vous dis à bientôt.

Ça fait plaisir.

Quentin