5

Sancho Lista, Art. 34 : Aller au stade voir un match de León

Ecrit par lossanchos dans La Ciudad de León, Les sorties

Pour mon tout premier rendez-vous avec l’Estadio León, j’ai plutôt bien choisi mon match : le Clasico del Bajio. Ce Clasico, made in deuxième division mexicaine, oppose León à Irapuato, deux villes séparées de quelques kilomètres. Une sorte de OL-ASSE, version mexicaine. Autant dire que l’ambiance s’annonçait chaude.

La chaleur a commencé à monter sérieusement dans la rue avant le match, avec un cortège de supporters de León qui traversait la ville avec des banderoles, des chants, et aspergeant tout le monde avec des extincteurs. Impressionnant.

Au niveau spectacle, ça change des soirées Champion’s League, mais ça reste franchement correct. Et comme pour ce genre de match, il faut un scénario spécial, on a eu droit à un dénouement digne des plus grands matchs : l’ouverture du score d’Irapuato à la 88ème a jeté un gros froid sur le stade, mais à la 92ème, León a égalisé!

Ce match aura aussi été l’occasion de voir à l’oeuvre Cuhuatemoc Blanco, légende du football mexicain. Et il faut avouer que malgré ses 38 ans, ses 190kg et son caractère de merde, il reste au-dessus techniquement.

Tout ça pour dire que ça fait plaisir de retrouver l’ambiance d’un stade, et que j’y retourne dans deux semaines. Qué bueno.

2

Le Red Mosquito

Ecrit par lossanchos dans Les sorties

Ce week-end, nous avons fait notre première sortie dans “le monde de la nuit” (prononcez nuite, à la mexicaine). Et pour ce moment forcément important de notre année, des amis mexicains nous ont emmené au Red Mosquito, un bar qu’on pourrait qualifier de “rock’n'roll”.

Même si nous n’étions pas de grands fans de rock, nous avons aimé, parce qu’il y a une vraie atmosphère, avec plein de petites tables serrées autour d’une scène où un groupe (avec un chanteur mexicain aux cheveux longs. A éviter.) a enchaîné les reprises de tubes des années 80-90, de Pink Floyd à Queen, en passant par un peu de rock mexicain (A éviter aussi).

Avec Lisa :)

Après une petite heure de concert, place à la session dance. Et là, stupeur : la première chanson à passer… Alors on danse, de Stromaé. La sensation d’entendre une voix française venir de toutes parts alors qu’on baigne dans la langue espagnole est particulièrement spéciale (et jouissive). D’autant plus qu’entendre des dizaines de mexicains crier des paroles françaises est plutôt improbable…

Pour ceux qui ne connaissent pas : Stromae – Alors On Danse


Ensuite, le DJ s’est occupé de mettre le feu en s’habillant comme un membre des Daft Punk (encore des français!) pendant qu’il passait quelques uns de leurs morceaux.

Pour synthétiser un peu tout ça, je dirais que ce bar est un bon plan, dans le sens où il propose une vraie atmosphère rock’n'roll (j’ai envie de m’auto-tuer, on dirait un critique de cinéma). Et je n’aurais jamais cru dire ça, mais le fait que les mexicains puissent fumer à l’intérieur des établissements publics influe positivement (!) sur l’ambiance.

Quentin